Dimanche 23 Juillet 2017


Marc 5 : 27 à 29 Ayant entendu parler de Jésus, elle vint dans la foule par derrière et toucha son vêtement. Car elle disait : Si je puis seulement toucher ses vêtements, je serai guérie. Au même instant, la perte de sang s’arrêta, et elle sentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal.

Voici l’une des histoires de foi les plus touchantes. Cette dame souffrait depuis plusieurs années, elle allait chez des médecins qui ne pouvaient rien pour elle. Puis elle a entendu parler de Jésus. Retenez que c’est parce que cette femme a entendu parler du Seigneur.

On ne le dira jamais assez, parler du Seigneur et de ce qu’il a fait et peut faire, communique la foi. Cette dame n’avait jamais vu Jésus faire des miracle. Il a suffit que quelqu’un parle de la puissance qui reposait sur le Christ. Prêcher la puissance de Dieu fait naître la foi. C’est pourquoi, je continue à dire aux hommes que Jésus peut guérir toute sorte de maladie. Plus les gens l’entende plus ils croient, alléluia.

Quand la foi est née chez cette dame, elle ne s’est pas arrêtée là, elle a dû braver plusieurs obstacle avant de parvenir à toucher le Seigneur. Lorsque je lis Marc 5, la formulation des phrase en parlant de cette dame, me laisse entendre qu’elle s’était fait son scénario pour parvenir à ses fins. Scénariser son acte correspondant est important, parce que vous rencontrerez toujours des difficultés en chemin pour manifester votre foi.

La loi juive, considérait cette femme comme était impure parce qu’elle avait un écoulement de sang. Et pourtant, elle n’a pas vu les choses comme ça, elle s’est dit, je prendrai quand même le risque, je n’ai plus rien à perdre. Si on m’attrape, de toutes les façons quelle honte est plus grande que celle que je vis actuellement. Elle s’est frayé un chemin dans la foule pour toucher Jésus.

Ce qui me touche c’est la détermination de cette femme. Il m’est arrivé de prier pour des gens qui n’avaient pas l’air déterminés à recevoir leur guérison. J’étais étonné de voir qu’ils souffraient, cependant ces derniers faisaient des caprices pour recevoir la prière. C’était eux qui posaient les conditions. Ils disaient : « si tu pries pour moi il faut que ce soit sur ma chaise, et puis je ne veux pas tomber, il ne faudra pas parler fort au micro, à la fin je ne veux pas témoigner etc ».

J’avais tout juste envie de leur dire de se taire et d’aller se faire bénir ailleurs !

Confession

Comme cette dame je touche le pan de la robe de Jésus. Je vais jusqu’au bout de mon engagement au nom de Jésus !

Lecture biblique approfondie

Ésaïe
51.1-53.12

Psaumes
18.21-35

Proverbes
19.17-18

Actes
15.36-16.15

logo CSE

Apôtre Alain Patrick Tsengue

Pasteurs des églises ACER

Tu as aimé le CSE du jour ? Clique pour faire ton action de grâce :

Action de Grâce