Comment démontrer la puissance de Dieu


Comment démontrer la puissance de Dieu

L’histoire de Dieu, celle que nous enseigne sa Parole, est la manifestation même de la puissance de Dieu. Quand on considère la création des cieux, de la terre, de la mer, de tous les êtres, de la nature…comment du néant Dieu amena tout à l’existence, on se rend compte que cela n’est rien d’autre que l’œuvre d’une puissance sans égal. La Bible dit qu’au commencement «  la terre informe et vide : et il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme. » Genèse 1 :2 . Et de ce « rien » Dieu fit tout naître. Dieu dès le départ annonce les couleurs, dès le premier livre de la Bible, dès le premier chapitre, il se présente comme « El Shaddaï » le Dieu Tout Puissant. De la Genèse à l’Apocalypse, nous assistons à un nombre sans fin de récits épiques sur Dieu et sur les hommes conduits par son Esprit. Des victoires sans pareil qu’ils ont remportées sur des géants (David contre Goliath –Samuel 17 :1-58), des surhommes qui ont terrassé des armées entières (Samson- Juge 16 :30), des hommes fideles à Dieu confondant des royaumes (Daniel et ses compagnons- Daniel 6 :2-29 / Daniel 3 :1-30), des bergers oints renversant des empires (Moïse- Exode), des femmes pieuses libérant des peuples(Esther), des disciples à l’exemple du maître, guérissant les malades, libérant les oppressés, ressuscitant les morts( Actes des Apôtres).La Bible dans son intégralité est sans conteste une interminable démonstration d’Esprit et de puissance de Dieu, agissant à travers le peuple et les hommes qu’il s’est choisis. Jésus lui-même a dit : « celui qui crois en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes- Jean 14 :12 ».

Or, aujourd’hui, force est de constater que le chrétien contemple, nostalgique ces exploits qui lui sont devenus comme inatteignables, lui paraissent des faits légendaires détachés de sa réalité. Comme si avec l’usure du temps la main de Dieu s’était ramollie, et que le Dieu des « dix plaies d’Egypte » était quelque peu « différent » du nôtre. Mais la Parole de Dieu est claire là-dessus : «  Voici la main de l’Eternel n’est pas devenue trop courte pour délivrer » Esaïe 59 :1, « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour l’éternité » Hébreux 13 :8. Cela signifie que la puissance de Dieu n’est ni altérée ni jugulée par le temps. Elle reste aussi vivante et efficace d’Abraham jusqu’à nous. Il est donc légitime qu’en qualité de fils de Dieu, héritiers de son trône et disciples de Jésus, nous aspirions à cette vie de puissance. C’est notre droit le plus légitime. Comment donc démontrer la puissance de Dieu ? Comment revivre « la séparation de la mer rouge » ? « L’effondrement des murs de Jéricho » ? « La résurrection de Lazare » ? Comment montrer au monde que l’époque des «  Moïse, Josué, Caleb » n’est pas révolue ? Il existe deux conditions à remplir pour voir la « dunamis » de Dieu, pour voir sa puissance opérer : La première chose est qu’il faut demeurer en Christ .Demeurer en Christ est un style de vie qui dépend complètement de lui. C’est une vie irriguée en permanence par sa parole, une vie soumise à la tienne, une vie sculptée sur le modèle de Jésus. Il nous faut disparaître progressivement jusqu’à ce que notre personne, notre caractère se confondent à la personne et au caractère de Christ : «  Si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s’il meurt il porte beaucoup de fruit » Jean 12 :24. De par notre caractère humain, nous sommes orgueilleux, hautain, avides de gloire. Si donc ces choses ne meurent pas premièrement en nous, la gloire de Dieu ne peut se manifester. Car la démonstration d’Esprit et de puissance n’a qu’un but : c’est glorifier le nom de Dieu et non enfler l’orgueil de l’homme, alimenter sa vanité. L’un des obstacles donc de la manifestation de la puissance de Dieu va être « l’orgueil » : « Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles ». Jacques 4 :6. Si Dieu permet que nous ressuscitions les morts et relevions les paralytiques sans au préalable nous émonder, nous nous accaparerons sa gloire ; D’où la nécessité de mourir en soi pour qu’en nous Christ règne et se manifeste pleinement. Ainsi, avant d’aspirer à la puissance, aux exploits, aux grands signes et prodiges, nous devons d’abord rechercher à ressembler à Christ, mourir en nous. Mourir non pas comme cessant d’exister, car Dieu nous aime et son but n’est pas de nous annuler comme personne. Au contraire, il nous a crée pour que nous puissions exister ; il est question de mourir dans notre orgueil, notre arrogance, nos passions et la vanité de nos pensées .Parvenir comme Paul à dire : « J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi. Ma vie présente dans la chair, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et s’est livré lui-même pour moi » Galates 2 :20. C’est parce que Paul à expérimenter cette « mort en soi » que plus tard il a expérimenté la puissance de Dieu et a pu dire : «et ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur des discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d’Esprit et de puissance. » 1 Corinthiens 2 :4.

Nous devons en outre comprendre que sans Christ nous ne pouvons rien. Il est le « Cep » et nous les « Sarments » .Notre force, notre potentiel…dépendent totalement de lui. C’est un système d’indispensabilité qui fait que « nous pouvons tout par (ce) lui qui nous fortifie » et que « sans lui nous ne sommes rien ».La Bible déclare que ce n’est « Ni par puissance, ni par force, mais par l’Esprit du Seigneur » Zacharie 4 :6. La deuxième chose à rechercher pour pouvoir démontrer la puissance de Dieu, c’est la foi. A ce titre rappelons brièvement ce qu’est la foi. La foi, nous dit hébreux 11 :1 « est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de ce qu’on ne voit pas ». On évoque là, la foi vivante qui déplace les montagnes, opère les miracles, amène à l’existence des choses qui ne sont pas, qui matérialise et fait apparaître l’invisible. Non pas une croyance religieuse, conventionnelle des choses et de Dieu, mais une foi inébranlable fondée sur la parole de Dieu, fondée sur Jésus et ses promesses. Il est impossible d’expérimenter la puissance de Dieu en l’absence de cette foi. Jésus lui-même à Jérusalem a vu sa puissance contrariée par l’incrédulité : « Il ne put faire là aucun miracle, si ce n’est qu’il imposa les mains à quelques malades et les guérit. Et il s’étonnait de leur incrédulité » Marc 6 :5-6. La Bible ajoute que «  sans la foi il est impossible de plaire à Dieu » Hébreux 11 :6. La foi est ce qui va permettre à la puissance de Dieu de se manifester, de se concrétiser. C’est elle qui va nous démarquer au milieu de notre génération, nous fera réussir là où les autres auront échoué. Pierre a commencé à s’enfoncer dans les eaux parce qu’il a douté. La foi est le bras invisible qui nous fait saisir les choses invisibles et les amener à matérialisation. Sans foi, il ne peut avoir démonstration de la puissance de Dieu. « Et que dirai-je encore ? Car le temps me manquerait pour parler de Gédéon, de Barak, de Samson, de Jephthé, de David, de Samuel et des prophètes, qui, par la foi vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions, éteignirent la puissance du feu , échappèrent au tranchant de l’épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées étrangères. » Hébreux 11:33 Dieu n’a pas changé. Aujourd’hui encore il agit puissamment et veut le faire en nous, sur nous et à travers nous. Il faut simplement que nous lui laissions la première place, que nous diminuions et qu’il croisse, que nous disparaissions pour qu’il apparaisse. Il faut simplement que nous croyions que sa parole est encore efficace et « se suffit à elle-même pour changer les vies et les destins ».

 

Prédication Pasteur Gentil