L’urgence de l’évangélisation


L’urgence de l’évangélisation

 

Allez donc dans les carrefours et invitez aux noces tous ceux que vous trouverez. Matthieu 22:9.
Évangélisation vient du terme  » évangile » lui -même issu du grec ancien « euangélion » qui signifie « bonne nouvelle ». Il est question ici de la « Bonne Nouvelle  » de la mort et de la résurrection de Jésus- Christ pour le salut des hommes et leur réconciliation d’avec Dieu. L’évangélisation consiste à apporter cette bonne nouvelle en tous lieux et à toutes les nations. Il s’agit de partager, de propager  le message de l’évangile pour la conversion et le salut du plus grand nombre.
Pourquoi évangéliser est une question de maximale priorité?
 
Parce que de nombreuses personnes meurent tous les jours dans le monde, et plus de la majorité d’entre elles ne sont pas sauvées
Matthieu 7:14: Mais étroite est la porte, et resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. Beaucoup sont appelés au salut, mais trop peu le reçoivent. Beaucoup de personnes meurent, mais trop peu sont sauvées. Le taux de mortalité mondiale correspond à 1,9 personne par seconde , soit 158 857 décès par jour, c’est-à-dire près de 59 millions de décès chaque année. Depuis le début de l’humanité, environ  108 milliards d’êtres humains seraient morts.  shutterstock_249928627
Et ces personnes où vont-elles après la mort ? Les morts s’acheminent inexorablement vers une destiné finale. Et nous savons qu’il n’y en a  pas dix mille. Il n y en a que deux: le Ciel ou l’Enfer. La parabole du riche et du pauvre Lazare, nous retrace bien cette réalité,  montrant qu’après la mort du corps physique, l’esprit est conduit vers l’un des ces endroits:
Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra. Au séjour des morts, il était en proie à la torture; Il leva les yeux et vit de loin Abraham avec Lazare tout près de lui, alors il cria:  » Abraham, mon père, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper dans l’eau le bout de son doigt, pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise. – Mon enfant, répondit Abraham: rappelle-toi, tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur. Maintenant il trouve ici la consolation, et toi, c’est ton tour de souffrir. De plus, un grand abîme a été mis entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient aller vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne vienne pas vers nous. » Luc 16: 19-31.
Voilà clairement présentés les deux endroits, destinés à abriter l’esprit: D’un côté le havre de paix, de bonheur dans la présence de Dieu, des anges et des saints, et de l’autre côté, la fournaise, lieu de torture et de grands tourments, sans aucune possibilité de quitter l’un de ces endroits pour l’autre.
Après la mort, il est trop tard pour la repentance, trop tard pour les bonnes actions. Trop tard pour croire en Jésus, pour le recevoir, trop tard pour se réconcilier avec Dieu, trop tard pour être sauvé; Après la mort vient le jugement:  Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois,après quoi vient le jugement. Hébreux 9:27.
Après la mort, il n’y a plus de rachat possible. Nos meilleurs vœux et nos pensées, pieuses soient-elles pour les morts, n’y changeront absolument rien. Pas plus que les fantaisistes et inutiles prières des « messes de requiem ». Le soit disant purgatoire, lieu transitoire pour la purification des péchés avant l’accès au ciel, est un gigantesque et abominable mensonge. Il n’existe tout simplement pas.
Ne pas évangéliser, c’est refuser de donner à des personnes qui peuvent être sauvées, la possibilité de l’être. C’est les livrer au destin tragique de l’éternité sans Dieu. C’est participer à la condamnation de centaines de milliers de personnes. Oui, c’est bien cela! « participer à leur condamnation ». Disons les choses telles qu’elles sont. Ne savons-nous pas que  Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas commet un péché. ? Jacques 4:17. La « Non assistance à personne en danger ». Est-ce un délit ou pas?
Ayons toujours à l’esprit que l’enfer n’a pas été crée pour l’homme. La volonté de Dieu est que tout homme parvienne à la repentance et soit sauvé.
Ne pas évangéliser, c’est décider de ne rien dire, de ne pas protester devant le macabre spectacle d’une très longue file d’âmes conduites en enfer. Ne rien dire, c’est consentir à leur exécution( « Qui ne dit rien consent »), car Comment invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler? Et comment en entendront-ils parler, si personne ne prêche? Romains 10:14.
Ne pas évangéliser, c’est faire preuve d’ingratitude vis-à-vis de la grâce que nous avons reçue; Nous sommes heureux à l’idée de savoir que nous sommes sauvés et que nous ne brûleront pas dans le feu de la géhenne. Heureux qu’on nous ait présenté l’évangile qui nous a sauvé. A votre avis, avons-nous été sauvés pour mettre notre salut dans un « berceau doré » et rester là passifs à le contempler? Ou avons-nous été sauvés pour qu’à notre tour, nous le fassions pour les autres? En réalité, que nous le voulions ou pas, Dieu ne fera pas ce travail à notre place. Jésus l’a fait une fois, et nous a ensuite passé le relais : Allez, faites de toutes les nations des disciples… Matthieu 28:19.
Évangéliser, c’est la mission suprême qu’il nous a laissée. C’est aussi le sens de notre chrétienneté, de notre salut et de notre vie sur terre.
shutterstock_263980547 C’est pour sauver le monde que Dieu a donné ce qu’il avait de plus cher: Son fils unique, Jésus.
L’unique objectif du sacrifice de Jésus, c’est le salut des hommes. Dieu n’a pas consenti à donner son fils, pour que cette action reste dans les « mémos » de l’humanité en  son honneur, afin de satisfaire son égo, et faire parler de lui. Non!, bien au contraire, son action était complètement détournée de sa personne. Son seul but en offrant Jésus pour l’expiation des péchés, était le salut des hommes. Son unique motivation: l’AMOUR;  Car Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Jean 3:16.
Jean- Baptiste a dit au sujet de Jésus: Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. Jean 1:30.
Dieu, sachant que par la loi et les prophètes, rendre le cœur de l’homme juste était impossible, sachant que le sacrifice du sang imparfait des bœufs et des béliers, ne pouvait effacé définitivement le péché, il a offert le seul sang capable de le faire: Celui de l’unique Juste: Jésus.  Dieu s’est donné lui-même par la personne de Jésus, il a fait retomber sur lui nos opprobres, il a pris à son compte nos iniquités, il a  accepté la mort pour nous rendre la vie.
Esaïe 53 dit:
Verset 4: Ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé.
Verset 5: il était blessé à cause de nos transgressions, brisé à cause de nos fautes: La punition qui nous donne la paix est tombé sur lui, et ses par ses meurtrissures que nous sommes guéris.
Verset 6: Nous étions tous comme des brebis égarées: Chacun suivait sa propre voie, et l’Éternel a fait retomber sur lui nos fautes à tous.
Verset 12: (…) il s’est dépouillé lui-même jusqu’à la mort,(…) il a été compté parmi les criminels, parce qu’il a porté le péché de beaucoup d’hommes et qu’il est intervenu en faveur des coupables.
 
Voilà pourquoi Jésus a payé le prix: pour que les hommes soient rachetés. Et à quel prix? Au plus grand qui soit. Ne négligeons pas un sacrifice d’une valeur aussi inestimable. Jésus a fait sa part, nous laissant le soin de faire la nôtre: Pérenniser son action en prêchant l ‘Amour et la grâce de Dieu, la repentance, le pardon des péchés, la vie éternelle. Nous sommes le corps de Christ. C’est-à-dire: sa bouche, ses mains, ses pieds….ce dont Dieu a besoin pour gagner le monde à lui. Ce n’est pas la responsabilité des anges, ni de Dieu le Père, ni du Fils, mais celui du Saint-Esprit en nous, par nous, à travers nous, avec notre collaboration. Nous sommes l’Eglise, « appui et colonne de la vérité », « Lumière, sel de la terre ». Si le sel perd sa saveur avec quoi la lui rendra-ton? Matthieu 5:13. Si nous ne prêchons pas, qui le fera?
La Bible nous rappelle que le jour est avancé, que les temps sont mauvais et comptés. Que le jour du Seigneur est proche, que son festin aura lieu bientôt, que le banquet qu’il a prévu pour les hommes est imminent….Mais Dieu se désole  de voir qu’il y a si peu de convives!
Qui évangéliser? Quand et comment?
 
Qui évangéliser?
Lorsque Jésus nous dit d’aller jusqu’aux extrémités de la terre pour apporter l’Évangile à toutes les nations, on comprend aisément que la cible ici c’est chaque être humain, sans exception. Il s’agit de tous les hommes, indépendamment de leur race, de leur sexe, de leur religion, de leur statut socio-économique, de leur environnement, et même de leur âge: enfants( « laissez venir à moi les petits enfants »), jeunes gens, adultes, vieillards( Après cela, je répandrai de mon esprit sur toute chair; Vos fils et vos filles prophétiseront, vos vieillards auront des songes, et vos jeunes gens des visions. Même sur les serviteurs et sur les servantes, dans ces jours-là, je répandrai mon esprit… Joël 2: 28-29). Évangéliser nos familles, nos parents, nos voisins, nos connaissances, nos collègues de travail, nos condisciples de classe, le marchand de journaux à qui l’on dit bonjour chaque jour sans plus… Notre évangélisation doit être un véritable « Tsunami » qui emporte tout sur son passage.
Chaque être humain importe à Dieu: Chaque homme a aux yeux de Dieu, la valeur du sacrifice de Jésus. Les paraboles de  « la drachme perdue », de « la brebis égarée » et du « fils prodigue » ( Luc 15:1-32) nous le montrent parfaitement. Pour une seule brebis qui se perd, le berger laisse les 99 autres et va à la recherche de la 100 ème. Quelle dévotion et quel amour Dieu témoigne à chacun d’entre nous! Pour une âme de sauvée, le Ciel est en fête! (Luc 15:10).
 
Quand évangéliser?
Évangéliser ne nécessite pas un moment précis. N’allez pas attendre le « super moment « , la super croisade d’évangélisation ou autre. C’est un objectif que l’on doit avoir dès le lever du jour. Cela ne dépend pas de l’état de notre compte bancaire, de notre humeur du jour. C’est comme se rendre à son lieu de travail ou en cours. Bien des fois nous n’avons pas envie de le faire. Mais nous y allons quand même par devoir, par engagement et responsabilité. C’est un contrat que l’on a signé avec une entreprise, un établissement…. et que l’on est tenu de respecter pour espérer recevoir le salaire ou les bénéfices correspondants. C’est la même chose avec l’évangélisation; En devenant enfant de Dieu on a pris l’engagement de travailler au salut des autres, dans l’entreprise du Seigneur. Y a-t-il plus grande entreprise que celle-là ? Plus grand salaire? but plus noble? Comme nous l’avons vu plus haut, des milliers de personnes meurent chaque jour sans s’être réconciliées avec Dieu. Chaque instant qui passe est donc pour nous une occasion de salut pour quelqu’un. Paul dit à Timothée: Prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant. 2 Timothée 4:2.
Chaque occasion, chaque moment est donc « le moment ». Même si bien sûr la conduite du Saint-Esprit doit nous orienter en fonction des circonstances, du type de personne, du lieu, de l’événement, etc. Nous avons besoin de sa sagesse, d’user de discernement pour que notre évangélisation soit adaptée et efficace. Tout le monde n’est pas « évangélisable » de la même façon. Le « modus operandi » doit différer d’une personne à une autre. De plus, ce n’est pas nous qui convainquons, qui touchons les cœurs, c’est le Saint-Esprit en nous. Nous parlons, nous déclarons, nous annonçons, et lui, se charge de convaincre. 
 
Comment évangéliser?
Méthodes et moyens pour évangéliser sont foules, mais voici quelques classiques qui appuyés par la prière en amont et la conduite du Saint-Esprit, continuent de faire leurs preuves:
Le classique de tous, c’est bien entendu le fait de parler simplement:de la mort et de la résurrection de Jésus en vue du salut des hommes, de parler du royaume de Dieu, d’appeler à la repentance, à recevoir Jésus comme Seigneur et sauveur….à une personne, ou à un groupe de personnes.
L’évangélisation par le témoignage de notre vie: C’est dire ce que Dieu a fait dans sa vie, et par ce témoignage  amener d’autres personnes à désirer connaître, à vouloir expérimenter cette même grâce. C’est l’évangélisation du lépreux dans Marc 1:40-45 qui malgré la consigne de Jésus de ne rien dire, va raconter la guérison qu’il reçoit et par son témoignage, va attirer des foules à Jésus: Mais lui, une fois dehors, se mit à proclamer la chose haut et fort et à répandre la Parole, de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans la ville…et on venait à lui de toutes parts.
 
L’évangélisation par notre style de vie: Personnellement, c’est un moyen que j’affectionne particulièrement, car c’est le moyen par lequel j’ai été gagnée à Christ; Au collège, il y avait dans ma classe de 3ème un groupe de chrétiens qui m’avaient marqué par leur style de vie. Ils faisaient les choses différemment. Ils ne trichaient pas aux devoirs, n’étaient pas bruyants, brillaient par leur travail appliqué et excellent . Ils étaient rangés, polis, s’habillaient décemment, avaient des principes et des idéaux que je trouvais extraordinairement beaux…Bref! impeccables dans leur conduite et je me dis: « Je veux être comme eux ». Je commençai à m’intéresser à la Bible( qui était leur référence), à chercher une église où on m’apprendrait « à devenir quelqu’un de bien ». Quelques mois plus tard, je donnai ma vie au Seigneur! 
Notre manière de vivre est une évangélisation: Nos choix, nos performances, nos réussites, notre travail, notre façon de parler, d’aborder et de résoudre les conflits, notre style et choix vestimentaires… La parole de Dieu nous dit: Ayez au milieu des païens une bonne conduite, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ils remarquent vos bonnes vos œuvres, et glorifient Dieu, le jour où ils les visitera. 2 Pierre 2:12
 
L’évangélisation multiforme ou de masseshutterstock_307003697
 
-Par la prédication: Proclamer la parole de Dieu dans un auditoire mixte,composé de chrétiens ou non chrétiens, en vue de la conversion des derniers.
-Par la louange: Concerts chrétiens(Gospel, Rap, opéra…), promotion de chanteurs chrétiens…
-Par les médias et multi-médias: Télé, radio, réseaux sociaux…
-Par les arts: Cinéma, musique, peinture, écriture(romans, poèmes…)
-Par les œuvres sociales et humanitaires: Créer des hôpitaux, des orphelinats, des écoles, des universités, des logements sociaux. Faire l’aumônerie dans les prisons, les hôpitaux…
-Par la distribution des tracts dans les lieux publics ou dans les boîtes aux lettres.
-Par des missions à l’étranger.
-Par des campagnes d’évangélisation.
-Etc.
 
Infinis sont les moyens par lesquels nous pouvons évangéliser. La question est: Évangélisons-nous assez? Dieu est-il content de notre évangélisation? Sommes-nous cet ouvrier qui fait fructifier le talent de son maître ou celui qui le cache? le salut de âmes nous importe plus que notre confort et nos affaires? Sommes-nous comme Jésus, prêts à donner notre vie, de notre temps, de renoncer à nous-mêmes et à nos projets, pour que d’autres soient sauvés?
Si à ces questions nous sommes incapables de répondre « Oui », alors il urge bien-aimés pour le salut des autres et pour notre propre bien, de rectifier le tire et d’obéir, ici et maintenant à l’ordre de notre Seigneur:
Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez- leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.Matthieu 28: 19-20.
Sources:
-La Bible, Louis Second 21.
-Planetoscope statistique 2012, « Mortalité, décès dans le monde ».
-Inspiré de la prédication du pasteur Yvette Gracia Essongue. Culte du 12 Juin 2016, ACER Paris.
M.M

Mots-clés :