Quand la nature se déchaine


Quand la nature se déchaîne

Le parc Monceau, situé à Paris dans le 8 ème arrondissement a été samedi dernier le lieu d’un drame qui a fait 11 victimes dont 8 enfants et 3 adultes, tous venus fêter un anniversaire. Une forte pluie s’est abattue en milieu d’après-midi sur le parc où se trouvait le groupe d’enfants et des parents. Pour tenter d’échapper à l’orage ils se sont dirigés vers un arbre, mais celui-ci a été frappé par la foudre, atteignant du même coup les malheureux à proximité.
Il n’y a eu heureusement aucune victime mortelle. Néanmoins des blessures graves pour certains, des brûlures, un enfant en état grave et les éventuels traumatismes.
Mais si le drame a été minimisé à Paris, il n’en a pas été de même ailleurs, où le même jour la foudre et les orages ont fait deux morts et trois blessés en Pologne et 35 blessés en Allemagne lors d’un match de foot entre enfants.
Confrontés à de telles situations nous nous rendons compte que malgré toute la science humaine, toutes les précautions déployées et toutes les technologies mises en place pour prévenir et lutter contre les désastres et catastrophes naturels, l’homme n’est pas à l’abris. Devant des épisodes comme ceux-ci, nous sommes forcés de courber l’échine et reconnaître nos limites.
L’adjointe à la mairie de Paris chargée des espèces verts, Pénélope Komitès a déclaré: il n ‘y a pas eu de  « signalement particulier permettant d’envisager un tel phénomène ».
 
Entre les tremblements de terre, les tempêtes de neige, de sable, les avalanches, les éruptions volcaniques, les raz de marrée, les cyclones, les ouragans, les typhons,les tsunamis…la nature déchaînée nous rappelle la précarité ainsi que la fragilité de la condition humaine, vulnérable. L’être humain n’est en aucun endroit en « lieu sûr »,même pas dans les pays technologiquement avancés considérés comme les plus sécurisés.
Aussi, puisque que ces choses sont quasi imprévisibles et que toujours elles nous prennent au dépourvu, nous jettent dans l’effroi et nous rappellent notre petitesse, puisque ni la science, ni la société ne peut nous garantir la protection, la question est: Comment nous préparer à y faire face? Y a t-il un espoir au milieu de ces tragédies? Existe-il un secours infaillible?
La Parole de Dieu dit à ce propos:
Mieux vaut chercher un refuge en l’Éternel que de se confier en l’homme. 
Psaumes 118:8
 
Cesser de vous confier en l’homme dans les narines duquel il n’y a qu’un souffle; Car de quelle valeur est-il?  Esaïe 2:22
 
Malheur à ceux qui descendent en Egypte pour avoir du secours, qui s’appuient sur des chevaux, et se fient à la multitude des chars, et à la force des cavaliers, mais qui ne regardent pas vers le saint d’Israël, et ne recherchent pas l’Éternel!  Esaïe 31:1
 
Recommande ton sort à l’Éternel, mets en lui ta confiance, et il agira. Psaumes 37:5
 
Béni soit l’homme qui se confie dans l’Éternel, et dont l’Éternel est l’espérance  Jérémie 17:7
 
Car il me protégera dans son tabernacle au jour du malheur, il me cachera sous l’abris de sa tente; il m’élèvera sur un rocher. Psaume 27:5
Voilà qu’elle est la véritable sécurité que nous avons: La main de Dieu seule capable d’arrêter pour nous les tempêtes (Les disciples), de nous sauver des déluges ( Noé), de nous arracher des dangers du Nil ( Moïse), de nous sortir des villes en feu (Loth), de nous épargner des fournaises ardentes (Compagnons de Daniel), de nous libérer de la fosse aux lions (Daniel)… Dieu est le créateur de la nature et personne mieux que lui ne peut la dompter, la soumettre, la stopper.
Lorsque nous nous confions en Dieu, que nous nous attendons à lui, que nous mettons notre foi, notre espérance en lui, il nous délivre de tout ce qui menace de nous écraser, de nous anéantir, de ruiner notre existence. Est-ce que cela signifie que nous ne seront jamais malades, jamais attaqués, jamais en difficultés, jamais blessés, jamais victimes de quoique ce soit? Non bien sûr. Ces choses peuvent arriver. Mais dans ces cas là nous savons que «  Le malheur atteint souvent le juste, mais l’Éternel l’en délivre toujours. Psaume 34:19
Nous reconnaissons l’importance et les bénéfices de la médecine, de la technologie, de la science, des inventions humaines visant l’amélioration des conditions de la vie et le bien-être. Mais nous nous heurtons tout aussi bien à leurs insuffisances, à leurs manquements et à leurs faiblesses face aux fléaux et à tout ce qui surpasse leur sagesse et leurs savoirs.
L’unique force qui ne connaisse ni borne, ni limite, c’est celle de Dieu. Le refuge, l’abri, la forteresse inébranlable de tous les temps et de toutes les circonstances s’appelle Jésus-Christ. Seul capable de réussir là où tout le reste échoue.
Après avoir lu ces quelques lignes nous espérons que plusieurs s’attacheront davantage à ce Dieu de l’impossible. Et pour ceux qui jusque là ne le connaissent pas encore, ne l’ont pas encore accepté comme Seigneur et sauveur, sachez qu’il veut rentrer dans vos vies maintenant, qu’il frappe à la porte de votre cœur. Si vous la lui ouvrez, jamais plus les désastres (quel qu’ils soient) ne menaceront votre tranquillité, ne vous voleront le sommeil. Jamais plus ils ne vous enlèveront votre paix. Jamais plus ils ne feront de vous d’impuissantes victimes. Votre vie entre les mains de Dieu sera désormais en lieu sûr.
M.m

Mots-clés :, ,