Bravo !

Bravo

Nous aimons tous les applaudissements, les compliments et c’est normal. Dieu nous a créé pour régner et nous sommes des êtres glorieux. 

Mais voilà, les bravos à tout va, peuvent se transformer en occasion de chute.

 

Ils t’applaudissent, te disent bravo. Cela peut être au bureau, quand tu sors de scène si tu es chantre, dans ta famille parce que tu es le seul qui est devenu riche et a réussi dans les affaires. Cela peut être aussi parce que Dieu a décidé de t’exposer…YES c’est ta saison ! Toi qu’on ne voyait pas tout à coup on te voit, on te reconnait, on te considère. On commence même peut-être à te donner des surnoms honorifiques quand tu passes dans les couloirs. Tu es une star !  Marc 11 : 7 « Ils amenèrent à Jésus l’ânon, sur lequel ils jetèrent leurs vêtements, et Jésus s’assit dessus. 8 Beaucoup de gens étendirent leurs vêtements sur le chemin, et d’autres des branches qu’ils coupèrent dans les champs. 9 Ceux qui précédaient et ceux qui suivaient Jésus criaient: Hosanna! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur! 10 Béni soit le règne qui vient, le règne de David, notre père ! Hosanna dans les lieux très hauts! 11 Jésus entra à Jérusalem, dans le temple. »

Whaou ! LA GLOIRE ! Tout le monde est là et applaudit, fait des compliments. Et tu t’y habitues, tu y prends goût…c’est extra…et un jour…plus rien. Les gens ne tapent plus des mains, ils passent à côté. Ils s’habituent à toi, se lassent…et peut-être même te quittent. Alors tu t’énerves, t’attristes et te dis que ce n’est peut être pas ton appel, tu as dû te tromper. J’aimerai te demander , qu’est-ce qui définit ton appel ou même la valeur de ton appel ? Est-ce les hommes ?

Jésus est le Fils de Dieu. Entre l’instant où on l’a acclamé à Jérusalem, l’instant où on venait le chercher pour obtenir un miracle, et le moment où on l’a maltraité sur la croix…Jésus était toujours le Fils de Dieu. Peut importe ce qu’on lui faisait ou ce que l’on disait sur lui , acclamé ou maltraité : son appel, sa position devant Dieu, sa valeur, son identité étaient immuables. Son appel ne dépendait pas de l’acceptation des hommes mais de Dieu. Le fait d’être applaudit ne veut pas dire que tu as un « grand » appel tout comme le fait d’être insulté ou méprisé ne veut pas dire que tu as un « petit » appel.

Que tu sois appelé à être chantre, à prêcher l’évangile ou à être l’homme d’affaire de ta famille, si tu bases ta foi et la valeur de ton appel sur l’homme tu seras déçu. Tu t’arrêteras dès qu’ils t’abandonneront, dès qu’ils te laisseront. On te demandera alors : « Pourquoi as-tu abandonné ton appel ? »  Tu répondras : « Parce que les hommes sont partis » . Ta foi dans ton appel ne sera alors jamais stable. Laisse-les partir, laisse-les mépriser, laisse-les applaudir…cela ne dépend pas d’eux.

Dieu qui t’a appelé est capable de te redonner la faveur d’un milliard et même toute l’onction Mimshack de l’univers …c’est LUI qui définit le succès de ton entreprise. Celui qui donne la vision, donne aussi la provision.

 

Vous trouverez en cliquant ci-dessus une prédication édifiante de l’Apôtre Alain-Patrick Tsengue sur un sujet similaire. 

Nguma Mylène

Rédactrice Chroniqueuse
Mots-clés :, ,